Editos

Le blog de Pierre Auguste

Transition énergétique. Du rêve à la réalité

 

 

Ainsi donc la transition énergétique vient de voler en éclats managériaux et financiers. Elle fut rêvée par nos écologistes éthérés. Elle fut mise en programme par nos fiscalistes parlementaires en recherche de subsides. Elle a vécu sous la férule de nos bureaux bercyniens et dans les riches terres de la République où s épanouit notre corps d'inspecteurs des finances. C'est un végétal, tout aussi ubique en France et portant autant de jolis noms que le lotier corniculé, dit notamment petit sabot ou pantoufle du petit jésus.

Voilà ce qu'il en coûte de renoncement quand le pouvoir veut faire comme d'habitude en ignorant que le citoyen veut vivre aujourd'hui pour n'être pas mort demain !

Lire la suite...

 

Énergie électrique. Non aux réseaux zozos.

 

 

Ce n'est pas pour me vanter ni pour me distinguer mais je ne fais rien comme tout le monde. Cet été, quand on ne parlait que de canicule et de surchauffe climatique, j'ai appelé ici à prendre garde au froid. Des savants ne nous disent-ils pas que l'homme de Neandertal aurait disparu, privé de gibier par une longue vague de froid ?

À mon âge on ne se se refait pas. De toutes les spécialités que ma formation et mon métier m'ont donné de pratiquer, c'est l'électricité qui m'a le plus ...galvanisé.

Lire la suite...

 

Politique. Esprits, mots et raisonnements tordus.

 

 

Une maladie mentale nouvelle ravage les esprits surmenés. C'est une sorte de transsubstantiation sortie d'un vieux grimoire. Elle contamine tous les niveaux de notre société troublée.

Des abrutis se prennent pour des intellectuels. Des intellectuels s'ingénient à proférer des sottises. Des ambitieux de haute venue se présentent comme des envoyés de l'Olympe, de l'Aventin ou du Walhalla. Ils se croient « investis » de la mission divine d'édifier, d'affranchir et de conduire les peuples. »

Lire la suite...

 

L'économie vue d'ailleurs

 

 

Les astronomes sont saisis par le démon de la chasse aux exoplanètes. Ils en cherchent et en trouvent maintenant dans d'autres galaxies. Ils ont là de quoi s'occuper pour l'éternité entière.

J'ai une affection particulière pour les exoplanètes de l'étoile Cervantès qui portent les noms de Quichotte, Dulcinée, Rossinante et Sancho. Elles me rappellent quelques géants zélés qui n'étaient pas tous des moulins à vent.

Ces références nous permettront de prendre du recul pour observer notre économie un peu terre à terre.

Lire la suite...

 

Économie. Le fonctionnement en mode dégradé

 

 

Faut-il le démontrer ? Les doctrinaires semblent l'oublier. Nous vivons dans un monde dangereux.

Nos dirigeants croient tout savoir. Ils sont nombreux à n'avoir vécu que les temps heureux d'une jeunesse protégée. Presque tous sont imbus de quelque doctrine qui inspire leur vie et par laquelle ils veulent faire le bonheur des autres.

L'économie est trop évolutive pour être appréhendée par des doctrines qui ne sont guère que des assemblages de pensées figées, enregistrées dans les mémoires humaines comme sur des supports magnétiques, et restituables à tout propos, à haut débit.

Lire la suite...

 

Mondialisme. Vers une théorie de la subsidiarité générale ?

 

 

Il y a quelques années on édifiait les citoyens en leur expliquant le principe de subsidiarité qui présidait au partage des tâches entre l'Europe et les états nations. Hommes et structures apprenaient à vivre ensemble.

L'énoncé du principe de subsidiarité est plus aisé que son exécution. L'augmentation du nombre des états membres et l'élargissement des domaines concernés ont vite compliqué le fonctionnement de l'union européenne. C'est ainsi que se forma une sorte d'univers en expansion disposé à tout absorber à la manière d'un trou noir.

Lire la suite...

 

Politique. Vérité où es-tu ?

 

 

Une lectrice me dit que je déambule dans le vocabulaire.

Je tiens cette remarque pour un compliment. J'aime cultiver la précision, pasticher la préciosité, réveiller quelques mots endormis, taquiner les réfractaires à la consultation des dictionnaires. Quand j'emprunte plus d'un mot je m'efforce de citer ma source.

Pour intriguer les curieux, je commencerai aujourd'hui par une devinette.

Quel est l'auteur de ces quatre vers ? Et quel en est l'objet ?

« Comme en sa propre fourbe un menteur s'embarrasse !

Peu sauraient comme lui s'en tirer avec grâce.

Vous autres, qui doutiez s'il en pourroit sortir,

Par un si rare exemple apprenez à mentir. »

Lire la suite...

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 de 111